dimanche 8 mai 2011

SAISON 2 - EPISODE 13 : EXPO KARNAGE !

Après des jours de préparation, le piège de l'expo résistante était finalement prêt, malgré le fait qu'on eût pu douter des joyeux drilles qui composent la résistance, tant il est vrai qu'ils sont plus proche des picaros que des farcs à tout bien regarder.

Le piège était opérationnel, vint alors le soir du vernissage, tant attendu par la résistance mais aussi par Numérik et sa team de bitches boyz.

C'était de toute beauté. Des polas plein les murs, des boîtiers exposés (dont le fameux SX-WARMODE-70 modifié camouflage de feu Captain Pola) et des badauds ravis venus des quatre coins du quartier argentik pour apprécier des images à couper le souffle à un apnéiste...

Alors que le champagne coule à flot au milieux des bobos gloussant, la résistance veille, à l'affût de l'ennemi  Numérik, qui, même s'il l'ignorait encore, avait rendez-vous avec la mort ce soir, si tant est qu'on puisse tuer quelqu'un avec des saucisses cocktail piégées au napalm et à la chimie de TZ.


Au milieu de la foule, cependant, un résistant restait détaché, triste que son grand ami, Captain Pola, ne soit présent ce soir pour apprécier l'exposition, les images, les polas et... la défaite imminente de son pire ennemi.
Jean Meurt-de-soif, fidèle à lui-même, était complètement beurré une fois de plus. Si par le passé cet état fût synonyme d'euphorie, ce soir, il partait plus dans le bad trip notre marin national.... Après s'être arrêté sur un énième pola de bateau, tout marin qu'il était, il savait que ce n'était pas la bouée sur la photo qui le sauverait cette fois... il se retourna pour contempler l'expo...
" Merde, Captain, Où êtes-vous ?" pensa-t-il... "Tous ces gus se disent résistant, mais ils étaient où, alors qu'on se battait contre ce bâtard de Numérik ? Pfff, c'est la mode, ça va, ça vient, ça s'dit photographe..."

Alors qu'il ruminait sévère, les pensée de Jean Meurt-de-Soif furent interrompues par un étrange grondement.

L'amiral Argentik fit signe aux résistants pour qu'ils prennent leur poste de combat.

IL arrive.

Et IL a pas l'air content.

Dans un grondement fracassant le mur de la salle d'expo s'ouvrit comme un babibel, et là, cher lecteur, ça a été un putain de carnage !

Numérik était là avec toute sa clique, et le massacre ne se fit pas prier, la dévastation de l'expo prit environ 37 secondes, et encore, j'suis large. La dream team de Numérik s'apprêtait à mettre à sac le dernier SLR 690 qui traînait là, quand un résistant, un vrai, un tatoué, un nourri au thon et au dauphin vint interrompre leur joyeux bordel.
" Eh les grosses tapettes ! Ve-ve-ve-venez vous batt' -urk- avec un vrai, un tatoué, un nourri au thon et au dauphin, bande de couilles molles ! "
Cher lecteur, tu auras reconnu le phrasé légendaire de ton fidèle serviteur, Jean Meurt-de-Soif ! Dernier espoir d'une vraie résistance du Pola face aux pixels qui nous envahissent ! Le king de la castagne à la sangria (tant il est vrai que là, il en tient une sévère)
" Allez, amenez-vous, j'vous défonce avec mon opinel à thon, et d'-d'-d'-d'une main, passsssque j'lâcherai pas mon verre ! "

Numérik dirigeait les opération en silence, il lança un hochement de tête à Robert Krokal... qui dans un tout autre style lui répondit :
"Espece de vieil enculé de ta mere, tu es un bouillon de culture alcoolisé totalement minable, une épave de rafiot pourrie, je sais pas ce qui me retient de te mettre ma main sur la gueule avec les pieds... Tu t'en es sorti une fois, mais là j'te promet que tu vas retourner sodomiser des poulpes pour un moment..."

Bob Krokal et Jean Meurt-de-Soif se retrouvent enfin, et il est clair que ça va être une foutue boucherie.

A SUIVRE !

dimanche 24 avril 2011

SAISON 2 - EPISODE 12 : LE PIEGE LADY GRAGRA

La résistance s'est mise en marche. Et pour prouver qu'elle est active, rien de tel que d'organiser une ptite expo collective (c.f. épisode précédent, pour ceux qui ont du mal à suivre). Alors pourquoi une expo collective ? Parce que d'abord ça claque de voir des polas sur des murs, ensuite parce que ca permet de croiser les "copaings" (prendre l'accent Cyril Lignac svp) et enfin parce que c'est un bon moyen de montrer à tous les sceptiques gavés aux pixels que le Polaroïd est bien vivant et que c'est le medium le plus stylé de la planète pour exprimer ses émotions.
Mais le seul problème dans l'histoire, c'est que pour faire une expo, et ben faut organiser l'expo ! C'est vrai quoi ! Alors côté resistenzia, tout le monde il s'y colle pour préparer l'expo dans la joie le bohneur et à grand coups de jambon beurre !
Amiral Argentik fourmille d'idées et fait parler son expérience. Il est entouré du DOc Urgo Délire, Yannik le Krik et de Tripolo Bengazou (le milouf de la bande)
Amiral Argentik : "Croyez moi les gars, les sneakers c'est over à la mode, surtout quand c'est pris avec du film SX 70 original les gars !"
Urgo Délire, alias le Doc, met aussi son grain de sel dans le choix des photos :
Urgo : - "N'oubliez pas chers amis que le format pack 100 est également très séduisant. Le fin du fin si vous voulez mon avis, c'est de conserver les bords pour un effet vintage !".
Yannick le Krik quant à lui est préposé au déchargement des photos des packs vides de TZ. Il les sort avec application afin de ne retirer que la crème pour l'expo.

Mais le sérieux reprend le dessus et l'Amiral Argentik prend son air grave.
Amiral Argentik : "Messieurs dames, l'heure est grave. Si nous voulons nous débarasser de Numérik, cette expo est le piège parfait ! Alors autant mettre le paquet pour qu'il y tombe comme une grosse buse enfarinée. Certes il va falloir sacrifier quelques beaux clichés, mais le jeu en vaut la chandelle. Si nous voulons la mort de Numérik, il faut mettre le paquet...
Tripolo Bengazou : "...le paquet d' TZ ???!!!"
Tous en coeur : "BOUH OUH OH OH OH OH AH AH AH AH"
Amiral Argentik : "Bande de babouins bourrés au génépi, pas le paquet de TZ, mais le paquet d'explosifs. Au lieu de faire le con Tripolo, explique un peu à toute l'équipe comment va se dérouler l'opération".
Tripolo Bengazou : "Ouais pardon Amiral. Effectivement, l'objectif est de tout faire péter comme des oufs : ambiance boucherie chevaline visitée par les Wisigoths. Et vous allez tous me dire mais comment faire ?"
Tous ensemble : "Mais comment faire ?"
Tripolo Bengazou : "J'vais vous le dire : on va piéger tous les polas avec de la dynamite de premier choix. Mais pour s'assurer que tout le monde y passe, il nous faut une arme secrète. Holga ? Approche !

A ce moment là tout le monde se retourna. Et là, une drôle de silhouette débarqua au milieu de la résistance. Holga, la résistante bien connue était déguisée dans un accoutrement tout de GRAS, et adoptait une démarche patibulaire à base de saucisson auvergnat.
Holga : "Messieurs, je serai LADY GRAGRA !!!!
Tripolo Bengazou  : "Hey ouais les gars, la voilà mon arme secrète ! C'est une idée que j'ai eu lors de ma campagne de déminage en Auvergne. Le costume full saucisson garantit une protection totale lors des explosions les plus dévastatrices. En plus ca donne un côté pop star de merde sur le retour qui sait pas s'fringuer et qui veut qu'on parle d'elle : un look de poufiasse en somme"
Holga : "Tripolo !!!"
Tripolo : "Attention Holga, je t'apprécie beaucoup et tu le sais. Loin de moi l'idée de salir ta réputation. Mais quand il s'agit de tendre un piège à Numérik, tous les coups sont permis et il faut sortir le grand jeu".
Holga  :"Ouf j'ai eu peur. En tout cas ce costume est très agréable".

Jean Meurt de Soif, qui observait la scène d'un air intrigué ne put s'empêcher d'y ajouter son commentaire.
JMDS :"Connaissant le chauve et sa hargne, je pense que déguiser une des notres en pop star saucisonnée est une idée excellente. Si on trouvait une perruque blonde elle serait parfaite ! Habillée en démineuse, elle va tous les amener vers les polas piégés et BLAAAAMMMM !!! Et notre petite Holga sera intacte grace à ses couches de saucisson auvergnat"


Tu as compris lecteur, la résistance a construit un piège absolument magique !!
Suspense terrible !!!
Attention ca va faire Fukushima dans les chaumières !!!!

dimanche 17 avril 2011

SAISON 2 - EPISODE 11 : DIGITAL DIKTAT !

Alors que Numérik avait finit par calmer Horst après qu'il eût fait sa crise en inventant une imprimante portable pour le calmer, l'équipe du docteur maléfique se remit au travail, prête à en découdre pour que triomphent les pixels, eh ouais, fallait pas le gonfler le Doc.
Les bitches boyz avaient ainsi conté à leur mentor ce qu'il se passait dans le quartier de ces neuneus d'argentiks : deal de films, échanges et réparations de boîtiers plus vieux que la renault 12 etc...
Numérik était excédé d'apprendre que malgré l'élimination de Captain Pola, il avait encore du monde à déssouder avant de crier victoire. Il décida d'aller se rendre compte par lui même de l'état lamentable de la situation en allant incognito dans le quartier des argentiks avec Horst comme garde du corps au cas où, et Z6P4 pour enregistrer l'expédition. Il n'eurent pas besoin d'aller bien loin pour se rendre compte que non seulement les argentiks restaient actif, mais pis que cela, les polaroideux étaient toujours dans la place... Holly shit !
Numérik : "Non mais regarde moi ça Horst ! C'est pas possible ! Tu vois ce que je vois ?!"
Horst : Heuuuuuu c'est un mur.
Numérik : Raaaahhh mais non, regarde, cette putain d'affiche !
Horst : Heuuu... C'est pour un combat de catch ?!
Numérik : ...


Z6P4 : Un gala de lucha libre ?
Numérik : Raahhh mais non, c'est écrit : RESISTENCIA, Exposition collective de polaroids ! merde !
Horst : c'est qui ça, "paul à roïde" ?
Z6P4 : C'est pas faux, c'est qui ? J'ai rien dans ma base de don...
Numérik : Ta gueule ! (il se retourne vers Horst) Et toi aussi, ta gueule ! Vous m'empêchez de réfléchir avec vos crânes pleins de flotte ! Bon, une expo, c'est bon, au moins on sait où et quand les trouver... "En présence de Lady Gra-Gras" C'est qui cette conne aussi ?!
Z6P4 : Ah, je l'ai dans mes données, c'est une ex-strip-teaseuse qui dit faire de la musique, toutefois plus connue pour son look extravagant et sa capacité à montrer ses fesses que pour un réel talent...
Numérik : Bon, ça ira, rentrons...


...


Plus tard, dans l'antre de Numérik...



Numérik avait finalement, grâce au bitches boyz, recruté une sacré bande de bastringues pour aller délatter la tronche des argentiks... Ivre de pouvoir sur ses troupes, il prit la parole pour leur dévoiler son plan de bataille...

"Mes amis, Ce soir est le grand soir ! Nous sommes maintenant certains de savoir où se retrouveront les tapettes accros du "clic-flash-bzzz" ! J'ai fait un rêve, mes amis, un rêve dans le quel nous étions enfin débarrassés de ces amoureux du passé, barrage au progrès que nous sommes en mesure d'apporter au monde désormais !! En route ! Sus au pola ! Défoncez-les !! Défoncez-les tous !!"

Les recrues approuvèrent le discours de Numérik, le bras en l'air, prêts à en découdre avec les filmophiles, ils se mirent en route pour aller exploser cette expo comme une foutue piñata...


A SUIVRE ...


BONUS : Mais c'est qui ces Bitches Boyz ?!

Les Bitches boyz sont les trois ramassis d'éprouvette à peu près potables que Numérik a pondu dans son labo... Son premier essai était Z6P4, qui ne contient en fait que des restes humains, et pas les meilleurs morceaux... L'essai suivant est personnifié en la créature appelée Horst, six bras, une queue énorme et un flageolet en guise de bulbe. Si les bitches boyz ne sont pas toujours malin, ils sont les 3 humanoïdes les plus "normaux" que Numérik ait réussi à produire. De gauche à droite sur la photo :
1- Fidel Gastro : préparé avec les restes d'ouvriers sud-américains, il a conservé un accent typique du machu-picchu, et une fâcheuse tendance à tout faire péter à grand coup d'explosifs suite à un stage chez les picaros. Il est capable de snifer 30 grammes de cocaïne avant d'en ressentir les effets.
2- Mister Pi : Bon en géométrie spatiale, ce collectionneur de chaînes en or qui brille ne casse pas trois pattes à un canard aux mots fléchés, mais pour la castagne, il est toujours chaud comme une baraque à frites.
3- Steven Salegueule : parce qu'il a une sale gueule.

dimanche 10 avril 2011

SAISON 2 EPISODE 10 - BACK TO BITURE

Alors que notre bienaimé Captain Pola reprenait l'entraînement d'arrache pied sous la supervision de Chuck Maurice et de Lemim Marzzo, ce bon vieux Jean Meurt de Soif était tout déboussolé. Un Captain Pola mort, une résistance organisée qui décide de se lancer dans une lucha acharnée, une mauvaise gangrène toute fraichement soignée : trop d'info pour le gros Jeannot !
Et quand pour l'Jeannot y a trop d'infos, il a besoin d'un goulot !


Malgré les recommandations franches du Doc (pour les fans éternels de notre aventure, je me permets de rappeler en saison 2 épisode 1 les recommandations de notre Doc : "Si l'alcool vous a sauvé, sachez qu'il peut accélérer les effets de la gangrène donc mollo sur le destroy si je puis me permettre"), Jean avait pris le chemin qui mène vers l'auberge la plus proche : le fameux bar LE BALTO, tenu par Serge et Josiane, des amis de longue date qui ont ouvert et estaminet dans le quartier des Argentiks au milieu des 70's.


C'est avec un air discret, quasi coupable de celui qui rechute malgré lui que JMDS était entré dans le bar en marmonant dans sa barbe un laconique "msieurs daaaaaames..." à peine perceptible. La démarche empruntée, le regard fuyant, il s'approcha du comptoir en scrutant les alentours. Rien de bien inquiétant : deux rockers / altermondialistes entrain de se prendre le bec, et au fond un simili cowboy à moustache avec un chapeau. Jean apostropha le serveur : "Sergio, sers moi un guerillero*, bien serré s'il te plait !"






Le guerillero arriva sur le comptoir. A cet instant précis, les deux rockers altermondialistes de gauche commencèrent à se prendre le chou grave. 
Le barbu : "Ferme ta boîte à cachou j'te dis, le DX3000, il claque 14,5 millions de pixels !"
L'autre : "T'as rien compris mister Pi, j'te dis qu'il taquine le 17 millions de pixs !"
Mister Pi :"Tu m'pètes la ruche sac à fouet, j'm'en vais te maroufler la gueule avec mes palettes".
Aldo : "le Boss va pas être content si j'te casse la gueule !"
Mister Pi : "Essaye un peu Johnny Depp de mes couilles


"Encore deux vendeurs Pixmama qui s'la joue photographes....on croirait deux tantouzes sorties de 21 jumpstreet" se dit Jeannot la soif. Il commença à basculer son verre en se remémorant ces derniers jours... La découverte de la Mega Resistenzia Organizada fit ressurgir de vieux souvenirs... En effet, il reconnut dans ses rangs une vieille connaissance : l'Amiral Argentik ! (c.f. saison 2 épisode 6, photo 2). C'est donc tout naturellement qu'il alla le saluer lorsqu'il parcourut les effectifs de la Resistenzia.


JMDS : "Mon amiral ?! Quelle surprise...!!!???!!!!"
A.A. :"Meurt de Soif ! Comment allez-vous ?! Surprise en effet... Depuis votre désertion
JMDS : "Ne revenons pas sur le passé. Histoire ancienne maintenant.
A.A. :"Si je comprends bien, je passe sous votre commandement  à présent. Le destin réserve parfois des surprises...


Pour la ptite histoire, JMDS s'était engagé à l'époque dans la marine pour servir sous les ordres de l'Amiral Argentik, une légende vivante. En se reprojetant vingt ans en arrière, on retrouve les deux hommes, dans la même situation, sur le point d'embarquer à bord du PolaKrome, vaisseau mythique vendu depuis en Inde car plus assez beau et moderne.


Un mystère entour la disparition du PolaKrome... Certains disent que l'équipée entre l'Amiral Argentik et JMDS ne se serait pas bien passée du tout...Des meurtres auraient été commis pendant l'expédition, enfin bref, une boucherie à la Scream 4...


Pour bien des raisons que notre lecteur suppose, Jean reprenait donc la boisson avec une Soif que l'on connaît tous. Grosse descente de guerilleros pour le Meurt de Soif !
En pleine méga biture, Jean cru comprendre que la castagne des deux jeunes vendeurs pixmama mal dans leur peau avait tourné à l'avantage du barbu ! Il était maintenant allongé sur le bar, ruminant son passé dans un semi coma "mmmmeeeuuuuuhhhhh......j'y suiiiis pouuuur riiiiieeeennnnn".
Pendant ce temps là, le fameux mister Pi en question leva les bras et hurla victoire.


- Mister Pi : "Tu m'as pété deux dents sale fiotte, mais au moins je la vois plus ta ptite gueule !!!"
- Aldo : "c'est ça spèce de camioneur. 17 Mdsde pixs"
- Mister Pi : "Allez relève toi ptit con"


JMDS à moitié allongé sentit que l'alcool était entrain de faire un effet étrange dans son corps. Il sentit un feu brûlant... Quelque chose qu'il n'avait jamais ressenti. Il se tourna vers le barbu. 
La castagne n'allait que commencer....